Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Système Arcadie, Secteur spatial de l'Impérium

La Méditerranée, une zone de conflit majeure du XVIe au XVIIIe siècle

30 Mars 2022 , Rédigé par Droopy Publié dans #furor mundi, #divers

 


 

La mer Méditerranée est une mer fermée. Située entre l’Europe, l’Afrique et l’Asie, elle a toujours été un lieu d’échange et de conflit. Après la chute de l’empire romain et la conquête arabe, le commerce va faire des cités de Venise et de Gènes des puissances à partir du XIIe siècle. Mais, à la fin du XVe siècle, l’âge des découvertes va amorcer le déclin des échanges économiques sur cette zone. Si le commerce sur cette zone stagne, la mer méditerranée reste une zone de conflit majeure. Les conflits religieux et politiques vont s’enchaîner les uns après les autres. Mais c’est paradoxalement la stagnation du commerce qui semble rendre plus âpres les luttes pour la domination navale de cette mer. Le Levant reste le principal fournisseur en épice et en soie. L’Europe reste la principale source d’or et d’argent, de textiles et de produits manufacturés. La guerre économique va se doubler d’une guerre de course où tous les coups bas sont permis. La piraterie est alors pratiquée par tous. De fait, pour protéger leurs propres navires de commerces, les puissances sont obligées de développer leur marine de guerre.

Les luttes armées entre les royaumes et villes états européens et l’Empire Ottoman vont exploser lors des sièges de Vienne (1529 et 1683 ) et surtout lors de la bataille de Lépante. (1571). Les champions de l’Église sont la dynastie des Habsbourg et la République de Venise. Mais c’est plus pour des raisons territoriales (expansion de l’Empire Ottoman dans les Balkans et dans la mer Egée) que pour des raisons religieuses qu’on livre combat à ce moment.

Les Pirates Barbaresques profitent des combats pour piller les villes côtières. En 1602, la ville de Marseille est obligée de demander des secours à Henri IV ; la région ne cesse d’être razziée. Mais si les pirates représentent un réel danger, les royaumes chrétiens sont en concurrence entre eux. Les Hasbourg sont à la tête du Saint Empire et du royaume d’Espagne et combattent, en plus des Ottomans, les flottes françaises et Hollandaises du XVIe au XVIIe siècle. Mais après la guerre de trente ans (1618 -1648 ), la puissance espagnole décline au profit des royaumes de France et d’Angleterre.


 

Des navires spécifiques à la méditerranée.

Les boutres sont les navires emblématiques du monde arabes. Ils sont utilisés par les marchants, mais aussi les pirates arabes de la méditerranée à l’océan indien. Simple à utilisé, doté d’une bonne capacité d’emport et surtout rapide et maniable, il reste un navire léger qui est incapable d’embarquer une forte artillerie. Toutefois, il va inspirer les Chebec, un navire plus lourd, capable d’embarquer une artillerie légère qui va surtout servir à escorter le commerce, patrouiller le long des routes maritimes et assurer les missions de courrier.

Jusqu’à la bataille de Lépante (07 octobre 1571), les européens arment des navires marchands qui sont armés pour l’occasion. Mais les flottes commerciales ne peuvent pas subir sans cesse ce genre de réquisition. Les réquisitions ne perturbent pas le commerce naval, elle le détruise au profit de concurrents étrangers. En outre, ces réquisitions se montrent particulièrement inefficaces. Il faut des navires de guerre avec des équipages spécialisés. C’est lors de la bataille de Lépante que les besoins de navires spécialisés deviennent évidents, les six galéasses vénitiennes jouent un rôle crucial contre la flotte Ottomane. Ils rendent obsolètes les méthodes de combat traditionnelles des galères.

Les galéasses sont des navires moins mobiles que les galères traditionnelles, mais plus solides et surtout équipés de canons lourds et puissants. Mais ces navires nécessitent la construction de ports et d’arsenaux militaires. Ce sont les arsenaux vénitiens qui vont servir de modèles notamment pour le port de Toulon initié par Colbert.

Si les équipages des galères sont surtout faits de prisonniers, les navires de combats à voile et les galéasses nécessitent un personnel plus qualifié et surtout motivé. Les équipages deviennent des professionnels qu’il faut payer. Leurs officiers doivent être formés dans des écoles spécialisées.

Cette évolution touche aussi l’Empire Ottoman. Après la bataille de Lépante, les Califes vont débaucher les marins, les officiers et techniciens chrétiens. Les ottomans se dotent eux aussi de Galéasses. Cette politique est particulièrement coûteuse même pour les royaumes les plus riches. De fait, malgré l’importance stratégique, le nombre de bataille rangée va rester très faible. Les vaisseaux de guerre sont couteux et personne ne veux prendre de risques inutiles. Les actions les plus courantes sont des objectifs limités (blocus, destruction de convois civils ou de navires isolés ). C’est pourquoi la guerre de course devient la norme pour toutes les puissances de méditerranée.

L’importance stratégique de la méditerranée est toujours d’actualité. C’est pourquoi la Russie a soutenu la Syrie et c’est pourquoi la Chine cherche à obtenir le contrôle des ports grecs.


 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article